Silence


Après une année passée loin des salles de cinéma, j'ai décidé de profiter de mon été pour rattraper mon retard. J'ai commencé par A cure for life et Split pour poursuivre avec Hacksaw Ridge (Tu ne tueras point en français, que j'avais déjà vu mais il est vraiment incroyable) et plus récemment, Silence. Je me suis décidée à rédiger un article sur ce dernier car il sort de l'ordinaire et développe un sujet peu abordé à l'écran, ou même dans nos cours d'histoire. 

Le film se déroule au XVIIe siècle au Japon. A cette époque, les chrétiens sont persécutés car le christianisme est interdit dès 1614 pour des raisons principalement politiques. Deux prêtres jésuites décident de partir à la recherche de père Ferreira, leur mentor (joué par Liam Neeson), après avoir appris que ce dernier avait abjuré sa foi catholique. Ils ne doivent pas révéler leur identité, cependant ils décident d'apporter leur soutien spirituel aux croyants qu'ils rencontrent sur leur chemin au risque d'être démasqués et torturés. Au fur et à mesure du film, les questionnements s'enchaînent et portent sur les croyances, l'importance de la foi, la lâcheté, le doute... On essaie de comprendre l'attitude et les choix de chacun et on réfléchit à ce que l'on aurait fait ou non à leur place. Pas besoin pour cela d'être soi même croyant, car même si le thème abordé est la religion, cette histoire transcende le catholicisme en lui même. La seule conséquence de notre propre idéologie est peut être la compréhension et l'acceptation de certains comportements qui diffèrent selon son origine et son intensité. 

Cela faisait une trentaine d'années que le réalisateur Martin Scorsese souhaitait adapter à l'écran ce roman de Shūsaku Endō, et c'est pour moi une réussite, d'autant plus que son choix de prendre Andrew Garfield pour jouer le rôle du personnage principal a été le bon. Sa performance est remarquable : par son simple regard, l'on comprend et ressent ses craintes et tourments. J'ai d'ailleurs appris que lui et Adam Driver avaient reçu une formation jésuite et s'étaient isolés dans le silence pendant une semaine, pour jouer au mieux leur rôle après avoir vécu une telle expérience. 

Le tournage ayant été réalisé à Taiwan, ce film dévoile des lieux et plans magnifiques selon les points de vue. Plusieurs scènes sont filmées d'en haut, comme si un être supérieur divin suivait les pas des personnages. Ce n'est qu'un détail mais je l'ai noté à plusieurs reprises. 

Si vous souhaitez en apprendre plus sur cette page de l'Histoire, je vous laisse un lien wikipedia ici. Et pour finir, une interview d'Andrew Garfield qui parle de croyances et certitudes, et que je trouve particulièrement intéressante. 


A bientôt ! 

Em x

Bastille - Wild, Wild World tour


Après une absence de 2 ans, Bastille a fait son grand retour sur les scènes françaises au Zenith de Paris le 2 février dernier, dans le cadre de leur tournée Wild Wild Tour. Cette longue absence leur a permis, pour le plus grand plaisir de leurs fans, de sortir un album intitulé Wild World et contenant 19 titres (impressionnant !) et dont le thème est assez intéressant. 

En effet, cette tournée est à l'image de la description que fait Dan, le chanteur principal, de la couverture de l'album. Ce dernier explique que l'image ne concerne pas ce qu'il s'est passé ni ce qu'il se passera pas la suite ni la manière dont les deux individus représentés sont arrivés là où ils sont (ils semblent être assis à l'extérieur d'un immeuble surplombant une grande ville) ; mais plutôt sur le fait qu'ils partagent un moment, qu'ils ne sont que deux amis existant quelques secondes dans un même instant. Ils sont comme coincés dans une vaste métropole que l'on a nous même construit. Ils n'ont plus de choix. Justement, pendant le concert, Dan rappelle de temps à autres que l'on est dans un "fxcked up world" mais que finalement, ce n'est pas une fin en soi.  

La mise en scène était en lien avec cette thématique, que je trouve plutôt intéressante : un journaliste présentait les premières parties (Frenship et Rationale, très sympa) et annonçait les différents moments du show, tandis que deux hommes supervisaient le spectacle du haut des projecteurs et étaient parfois illuminés dans les tons des différentes projections diffusées sur les écrans et qui montraient parfois des individus inconnus et variés, mais vivant eux aussi dans ce monde, tout comme nous. 






C'est un groupe qui déborde d'énergie, et ce même après avoir chanté et joué plus d'une vingtaine de chansons pendant près de 2h (dont les très célèbres Pompeii et Things We Lost In The Fire de leur premier album), tout en variant les lieux de performance. En effet, le chanteur semble adorer le contact avec la foule et n'hésite pas à chanter en évoluant au sein de la fosse, tout comme dans les gradins. Cela ajoute une dimension supplémentaire au concert, et permet à ceux qui n'ont pas attendu des heures pour être au niveau des barrières de vivre le show au plus près malgré tout. 

Si vous n'avez pas encore eu l'occasion d'écouter leur dernier album, je vous conseille de l'écouter au plus vite, en particulier The AnchorShame ou encore Send Them Off ! Et si vous êtes convaincus....peut être que l'on se croisera lors de leur prochaine tournée !




Em x


Lectures semestrielles


Bonjour tout le monde ! 
En cette fin d'année 2016, j'ai décidé de vous parler rapidement de mes lectures (on ne sait jamais, ça peut donner des idées). Contrairement aux années précédentes, j'ai réussi à lire pendant le semestre grâce aux moments passés dans les transports en commun, et ce, sans jamais louper ma sortie de métro ;). Il y en a véritablement pour tous les goûts, si vous les avez déjà lus ou avez envie de partager vos propres lectures, n'hésitez pas dans les commentaires en bas de page ! 

J'avais toujours voulu lire des romans d'Isaac Asimov, auteur connu comme étant l'un des maîtres de la science fiction, en particulier pour sa trilogie les Robots. Cependant, j'ai commencé à lire le Cycle de la Fondation qui était au départ une trilogie qu'il a poursuivie par la suite. L'histoire et le style peuvent paraître un peu compliqués, mais c'est un véritable chef d'oeuvre. Une fois plongé dedans, on réalise à quel point les auteurs plus contemporains se sont inspirés de son travail. En bref, un psychohistorien (professionnel qui étudie une science statistique qui permet de prévoir les événements futurs) imagine un plan afin d'éviter des années de guerres barbares. On suit le déroulement de l'histoire, époque par époque, et l'issue du plan nous est inconnue mais intrigue. Il y a de nombreux mystères et tout se comprend peu à peu. 

Le Passeur, ce titre doit vous dire quelque chose, vous l'avez peut être même déjà lu car les professeurs de français le font régulièrement lire au collège. Ayant eu un énorme coup de coeur pour le film inspiré du roman, j'ai décidé de le lire et un amie m'a offert la suite car oui, il y en a une ! C'est en réalité le premier tome d'une tétralogie composée en plus de ce dernier de l'Elue, Messager et Le Fils. Le public visé étant assez jeune, la lecture est très rapide. Chaque roman décrit une mini société particulière, et rappelle les contre-utopies bien connues du type Fahrenheit 451 mais pour les plus jeunes (c'est probablement l'un de mes mouvements préférés, autant vous dire que malgré le style simpliste, ça m'a bien plu). Le lien entre chacun des livres n'est pas évident mais quand on le comprend, c'est génial. 

Si vous aimez l'humour anglais, ce livre va vous faire rire, je peux vous l'assurer. A la fois absurde, fou et cynique, l'auteur se fait plaisir et en profite pour critiquer la société au travers d'Henry Wilt, un personnage aigri qui ne supporte plus sa femme (on se demande même comment ces deux individus ont pu un jour être proches). Le premier tome intitulé Wilt 1 est à lire dans un premier temps, il est même plus drôle encore. Les quiproquos s'enchainent et mettent les personnages dans des situations ridicules et pourtant très problématiques, au point que la police s'en mêle. 



Cette fois-ci, c'est un roman policier dont je vais vous parler. L'histoire est rédigée à la première personne et l'on ne connaît pas le personnage mais l'on sait ce qu'il ressent, on connaît son état d'esprit et c'est comme ça que l'on s'y attache. Petit à petit, on apprend son histoire, on découvre comment il s'est retrouvé en prison pour un crime qu'il n'a pas commis. C'est un véritable coup monté mais difficile à prouver. Au fur et à mesure de la lecture, on se rend compte de la complexité de la situation et l'on se demande, tout comme lui, comment il a pu en arriver là. C'est une histoire d'amour qui tourne mal, un avocat séduit qui se trouve pris au piège...c'est un livre surprenant, on se retrouve acculé, comme le personnage principal. 

La femme qui décida de passer une année au lit...rien qu'en lisant le titre, on sait que ce livre sera original. On s'attend à une histoire drôle et décalée. Certes, l'absurde domine dans ce roman mais il est plein de vérités tristes, développées de manière presque trop légère. Il aurait peut être fallu que le cynisme omniprésent soit contrebalancé par des passages plus profonds pour que les diverses critiques soient plus marquantes. Cela reste tout de même une lecture sympa, qui change des histoires classiques. Eva, une cinquantenaire qui a consacré sa vie à son mari et ses enfants, décide de se coucher et ne plus jamais se lever. Il lui faut trouver des solutions pour aller aux toilettes, se laver, manger...les gens viennent à son chevet d'abord pour l'encourager à se lever et comprendre ses symptômes, puis son histoire s'ébruite et des inconnus vont jusqu'aux pieds de son lit pour lui poser des questions sur la vie etc.

J'avais lu l'été dernier Me Before You en VO (Avant Toi), et j'avais aimé tant l'histoire que le style. Pour ceux qui ont vu le film, le livre apporte un tout autre aspect à l'histoire, en particulier au personnage de Lou. J'ai donc commencé la suite de ce roman intitulé After You mais je n'ai pas encore eu le temps de le terminer. J'ai été plutôt déçue par le début que j'ai trouvé beaucoup trop cliché. Ayant lu beaucoup de romans d'amour ado, je suis très difficile en la matière donc les clichés qui s'accumulent, très peu pour moi. Cependant, ça reste une histoire mignonne, avec des personnages attachants dont on a envie de suivre les aventures. L'auteur y aborde différents aspects du deuil, ce peut être intéressant. Je n'en sais pas plus pour le moment, donc à poursuivre !


A l'année prochaine ! 

Em x

Salon du chocolat 2016


Tout comme l'an dernier, j'ai décidé de suivre mes instincts de gourmande et aller au Salon du chocolat. Je n'avais pas énormément de temps dans la semaine donc j'y suis allée le samedi après-midi, vers 16h...autant vous dire que je vous le déconseille, il y avait un monde de fou. Cependant, j'ai quand même pu profiter du salon et surtout assister au défilé des robes en chocolat en voyant les robes de mes propres yeux, et non pas au travers d'un appareil contrairement à l'année passée. Si tout comme moi c'est l'animation que vous ne voulez pas louper, il faut être sur place près d'une heure à l'avance. Ca peut paraître long, surtout lorsque les gens commencent à piétiner mais il y a eu pour nous divertir la remise des prix du premier concours du meilleur pain au chocolat (ou chocolatine pour ceux qui y tiennent) d'Ile-de-France. 

J'ai appris pas mal de choses sur le pain au chocolat notamment le nom que l'on donne à la technique pour en réaliser la pâte : le tourage. En fait, le pâtissier effectue de nombreux plis superposés d'une pâte très fine afin qu'elle soit bien feuilletée. La qualité du tourage était prise en compte pour noter le pain au chocolat, mais pas que. Plusieurs critères étaient vérifiés : le croustillant, le fondant, l'aspect et le feuilleté. A la fin, le surplus de pains au chocolat a été distribué. J'en aurais bien goûté mais je n'avais pas envie de me battre juste pour ça (on aurait dit que les gens n'avaient pas mangé depuis des mois, certains en prenaient 2 ou 3 avec eux...de vrais sauvages). 

Après cela, le défilé a débuté. Contrairement à l'an dernier, deux hommes ont défilé et j'ai eu un coup de coeur pour la première tenue qui me rappelle un peu celle du méchant dans La Princesse et la grenouille. Une fois encore, je suis restée admirative devant les créations proposées par les chocolatiers et stylistes. C'est incroyable comme deux professions qui semblent n'avoir rien en commun peuvent collaborer et arriver à un résultat aussi spectaculaire. 







Après cela, j'ai fait le tour des différents hangars. Des enfants jouaient autour de l'éléphant géant Carte d'or et pouvaient enlever le papier doré qui le recouvrait. La plupart des stands étaient déjà présents l'an dernier donc je n'ai pas eu de coup de coeur en particulier, excepté pour la Rody chocolaterie qui proposait du chocolat sous plein de formes très originales et sympa, en particulier lorsque l'on veut faire des cadeaux. Il y avait des petits caissons de chocolat qui représentaient un cageot de pommes de terre par exemple, ou un tube de pokeballs en chocolat. De plus, ils réalisent du chocolat sans sucre, conçu spécialement pour les diabétiques donc je trouve ça super si cela permet réellement aux personnes qui ne peuvent en prendre de trouver quelque chose qui s'en rapproche en goût. 

Contrairement à l'an dernier, les oeuvres artistiques en chocolat n'étaient pas aussi accessibles. Elles avaient été mises sous verre afin de bien les conserver et ne pas les abimer (dans mes souvenirs, il y avait eu beaucoup de casse l'an passé en particulier car les gens y touchaient).  le concours artistique était celui du Relais Desserts Charles Proust. Le thème était "L'artisanat d'art, patrimoine français". J'ai été moins impressionnée par les réalisations, peut être était-ce le thème qui était moins inspirant, mais c'était tout de même magnifique.

Vous pouvez retrouver mon article sur l'édition 2015 ici si vous cherchez à avoir plus de détails sur le salon, et retrouver mes boutiques coup de coeur au cas où vous chercheriez des idées pour Noël qui arrive à grands pas !  










Em x


Show privé de Kungs


La semaine dernière, j'ai eu le plaisir d'être invitée par SoMusic au concert de lancement de l'album de Kungs. Mais qui est donc Kungs ? Derrière ce nom de scène qui peut paraître difficile à prononcer car il vient du letton et signifie "monsieur", se cache un jeune français de 19 ans, Valentin, qui s'est passionné pour la musique électro. Je suis sûre que vous vous êtes déjà déhanchés sur l'un de ces tubes cet été, il était impossible de passer à côté de son remix de This Girl ou encore Don't You Know. Ces mix sont très entrainants et donnent vraiment la pêche. D'ailleurs, il décrit sa musique comme "de la deep house joyeuse, entrainante et calme, à écouter au bord d'une piscine avec un cocktail bien frais". Et en effet, son concert était à l'image de ses sons. Il était plein d'entrain et très heureux d'être là ; il a réussi à transmettre toute cette joie. Cela faisait vraiment plaisir à voir ! 




Je n'étais jamais allée à un concert d'électro, je dois avouer que je ne voyais pas trop l'intérêt d'être dans un concert où personne ne chante et où un dj se contente d'être sur ses platines, contrairement à un live qui nous permet de découvrir la véritable voix d'un chanteur car elle ne sera pas retouchée comme sur les CD. Ce fut donc une agréable surprise de voir qu'on ne s'ennuyait pas, loin de là ! On danse, on crie, on s'amuse comme à tout autre concert. En plus de ça, les effets visuels étaient très beaux, avec beaucoup de couleurs et des effets de kaléidoscope ; sans oublier que les chanteurs principaux de ses tubes tels que Jamie N Commons, sont venus eux aussi sur scène. 

Son premier album est intitulé Layers (qui signifie "couches" en anglais, que l'on mettrait les unes au dessus des autres pour former une épaisseur). Ce nom peut surprendre mais Valentin voulait que le titre de son premier album soit à l'image de ce qu'on y trouve. En effet, il révèle que les sons que l'on peut entendre sont assez différents et dépendent de ses diverses inspirations qui, à l'entendre en live, sont très nombreuses ! Il y a eu un remix avec la mélodie de la Groupie du Pianiste, un autre avec Freed From Desire. Certains sons avaient des influences très jazzy, il y en a vraiment pour tous les goûts ! Mes chansons coup de coeur de son album sont Crazy Enough, Trust et Melody ! Vous pouvez les découvrir sur le streaming de #SoMusic ici ou encore sur l'Apple Store et à l'occasion, acheter son album s'il vous plaît autant qu'à moi ! 






A bientôt, 

Em x


Recap: séries de l'été

Ca y est, l'été est fini, les cours reprennent ! C'est donc le moment de partager avec vous mes découvertes...Pendant ces vacances, j'ai été assez efficace et j'ai trouvé quelques petites pépites que mon âme de sériephile va prendre plaisir à partager avec vous. 

1. The Path 


Etant fan d'Hannibal, quand j'ai vu que Hugh Dancy jouait dans cette série, je me suis dit qu'il fallait que je m'y intéresse. Puis, j'ai vu qu'il y avait Aaron Paul, deuxième point positif. Quand j'ai découvert ensuite qu'elle avait pour sujet une secte et qu'elle se déroulait donc dans un cercle fermé, je l'ai directement classée dans les séries à regarder. En effet, c'est une série assez psychologique (et j'adore ça). Voir l'évolution des personnages qui se questionnent, tandis que d'autres sont complètement aliénés, c'est très intéressant. On a à la fois un regard intérieur et un regard extérieur sur cette secte et on arrive à comprendre chacun des points de vue. L'intrigue est très bien menée, elle tourne autour du représentant du leader de la secte qui est assez instable...au point de commettre un meurtre.

2. The Americans

version VOSTFR

The Americans est aussi une série psychologique même s'il y a beaucoup d'action. Elle retrace l'histoire d'agents du KGB qui vivent aux Etats Unis et paraissent plus américains que les américains eux même. Ils ont été forcés à former une famille pour pouvoir espionner sans attirer les soupçons sur eux. Leur double identité va semer le doute en eux mais aussi entre eux ; ils vont être divisés entre leur devoir à l'égard de leur pays et leurs véritables envies, émotions, sentiments. Ce qui est assez intéressant, c'est que cette histoire s'inspire de faits réels découverts en 2010 quand certains de ces espions ont été révélés au grand jour (article à ce sujet ici). Quand on m'a conseillé cette série, j'étais un peu dubitative et pourtant, j'ai immédiatement été prise par l'histoire et j'ai enchainé très rapidement les quatre saisons déjà sorties. A voir !

3. The Man In The High Castle 


Le synopsis de cette série me plaisait beaucoup, c'est une uchronie. Elle se déroule aux Etats-Unis, dans un monde où l'Allemagne nazie a gagné la guerre avec l'aide du Japon. J'avais beaucoup aimé le livre d'Eric-Emmanuel Schmitt, La Part de l'autre, qui raconte la vie d'Hitler de deux manières : celle que l'on connaît, et celle qu'il aurait pu avoir s'il avait réussi l'école des beaux arts. Le thème de la série m'y faisait penser, elle est d'ailleurs tirée d'un roman de Philip K. Dick. Finalement, ce fut une surprise. Je pensais que justement, l'aspect historique serait bien plus développé alors qu'en réalité, une toute autre intrigue se pose autour de mystérieux films qui montrent un présent différent qui se rapproche beaucoup plus de celui que l'on connaît. A suivre...

4. Quantico


Pendant une bonne partie de l'année, j'ai vu des tweets sur cette série qui porte sur une attaque terroriste, mais je ne voulais pas m'y mettre car justement, trop de monde en parlait. Puis, ils ont décidé de la diffuser sur M6 pendant l'été alors je m'y suis mise et j'ai adoré. La structure des épisodes me rappelle un peu How To Get Away With Murder, entre les flash back et les nouvelles personnes que l'on suspecte à chaque épisode. Tout le monde à un moment, est un suspect potentiel. On découvre les personnages au fil de leur formation pour le FBI, ils ont tous des petites singularités qui font qu'ils sont attachants. La saison 2 vient de commencer et le premier épisode est plutôt prometteur ! Si vous cherchez une série sympa avec un peu d'action, je vous la conseille.

5. Dawson


Ce nom doit vous dire quelque chose puisque c'est loin d'être une série récemment sortie. Je me souviens la regarder quand j'étais petite. Justement, il y a quelques temps deçà, j'ai réalisé que beaucoup de séries que je suivais enfant étaient finies mais que je n'en connaissais pas la fin ! J'ai donc commencé par regarder Dawson, et je compte poursuivre quand j'aurai plus de temps avec One Tree Hill et peut être Charmed. Franchement, ça fait de bien de visionner une série des années 90/2000. Les personnages sont imparfaits, ils n'ont pas un style digne de la fashion week et un brushing fraichement réalisé comme dans les séries qu'on a aujourd'hui l'habitude de voir. Les personnages sont naturels, les thèmes abordés sont de véritables sujets d'actualité encore aujourd'hui et il y a beaucoup de sensibilité et d'émotions. Evidemment, certains passages sont un peu niais ou téléphonés mais on les apprécie tout de même. Si vous êtes un peu nostalgique, vous devriez vous y remettre ;)

6. Supernatural



Le nombre de saisons de Supernatural m'empêchait de m'y mettre. 11, bientôt 12, c'est beaucoup trop surtout quand on a peu de temps. Pourtant, j'avais très très envie de comprendre tout cet engouement autour des frères Winchester. N'ayant pas de wifi pendant un mois cet été, j'ai décidé de prendre avec moi les trois premières saisons histoire de satisfaire ma curiosité et me faire un avis. A chaque épisode, les Winchester chassent un nouvel être surnaturel (fantôme, vampire, sorcière...) mais il y a pour chaque saison une grosse intrigue de fond. C'est une série pleine d'humour et même si on n'a pas envie de craquer...on finit par fondre pour ces deux frères (plz protect them at all cost). Je viens tout juste de finir la saison 4 et franchement, c'est top. Beaucoup d'idées sont exploitées, je trouve ça assez positif. J'espère qu'en poursuivant, ça me plaira toujours autant !

7. Mr Robot


J'avais lu de nombreux et très bons commentaires sur cette série et je dois avouer que je n'ai pas autant accroché que je ne le pensais. Le thème abordé me plaît beaucoup, mais je n'ai pas été captivée par ce que j'ai pu visionner. En terme de cinématographie, j'aime beaucoup la manière dont les scènes sont tournées et décrites avec le point de vue du personnage principal. On est dans sa tête, on le comprend comme personne ne l'a jamais compris car il fait parti de ces personnes extrêmement introverties qui ont du mal à s'adapter à la vie sociale. Etant un hacker hors pair, il se fait repérer pour faire partie d'un mauvais plan qui vise à anéantir une grosse société, symbole du capitalisme, qui a toujours réussi à s'en sortir malgré les dégâts qu'elle a pu causer. Je n'ai pas encore terminé la saison 1, je me suis un peu arrêtée en cours de route mais je vais poursuivre et voir si je suis un peu plus prise par l'histoire.

8. Stranger Things


Je ne pouvais pas reprendre les cours sans avoir regardé cette série. Entre les différentes critiques et les interviews/vidéos des jeunes acteurs qui circulent, je voulais absolument voir ce que ça donnait. Quand j'ai remarqué en plus qu'il n'y avait que 8 épisodes, je me suis dit que c'était l'occasion où jamais de m'y mettre. En un week-end, c'était fait (et encore, je n'ai pas enchainé les épisodes donc si vous n'avez que ça à faire, en une journée vous aurez terminé). La série est comme un long film, les épisodes ne se terminent pas par un énorme suspense prévu exprès pour qu'on veuille regarder la suite la semaine d'après. Ce sont les mystères qui tournent autour de la disparition d'un jeune garçon mais aussi de la fuite de deux êtres enfermés dans un laboratoire qui font que l'on a besoin de suivre l'enquête. Le côté un peu rétro des images et des personnages permet de créer une ambiance particulière. Je peux difficilement, vous en dire plus pour que vous puissiez découvrir le reste par vous même !

Qu'avez-vous regardé cet été ?

Em x

Summer trip - Days 5 & 6, Berlin



Guten Tag
Pour bien finir cette semaine de vacances, on a décidé de faire un petit détour à Berlin en partant de Prague en train. C'était plus intéressant de voyager ainsi car plus rapide et moins couteux que le bus. Le trajet était très sympa, j'y ai rencontré deux australiens, un père et sa fille, qui visitaient les pays d'Europe de l'Est. Pendant près de 6h, on a discuté ensemble, à échanger des informations sur nos différentes cultures mais aussi à parler histoire et sujets d'actualité. Ils nous ont d'ailleurs confié qu'ils avaient eu peur de prendre l'avion jusqu'à Paris et avaient préféré choisir un aéroport en Allemagne. Je trouve ça bien dommage que les médias véhiculent à l'étranger une impression de danger constant dès lors que l'on pose un pied en France. Où qu'on soit, il y a des risques... Bref. Je connaissais déjà Berlin pour m'y être rendue lors d'échanges linguistiques (oui oui, j'ai fait dix ans d'allemand avec correspondants et tout le tralala). Mon copain lui, passionné d'histoire, connaissait uniquement la ville par le biais des livres qu'il avait pu lire. Il était donc très impatient de découvrir un peu la ville, le temps d'une soirée et d'une journée. 

Après avoir déposé nos affaires à l'hôtel, on s'est fait beau car l'on avait réservé à l'avance pour manger dans un restaurant qui surplombe la ville. Il est situé en haut de la tour de la télévision (Berliner Fernsehturm), au niveau d'Alexanderplatz. Comme l'on était un peu en avance (on voulait profiter de la ville au maximum), on s'est promené dans Nikolaiviertel (le quartier de Saint Nicolas, coeur historique de la ville). Je pense que si l'on n'avait rien eu de prévu, on se serait arrêté là pour prendre un verre ou même manger. Il y avait plein de petites terrasses très agréables. 

En ce qui concerne le restaurant, l'entrée est un peu chère car il faut payer 25 euros pour y accéder mais ça en vaut vraiment le coup. Le cadre est fantastique, les tables sont disposées sur un sol qui tourne, ce qui permet d'admirer tranquillement la ville dans son ensemble, et on y mange très bien (j'ai pris un plat très parfumé à base de spätzle, ça m'a largement suffi). Pour ceux un peu moins gourmands mais intéressés par le point de vue, un observatoire se trouve juste en dessous et est très apprécié des touristes. Ce qui est assez flagrant, lorsqu'on observe la ville de haut, c'est la démarcation architecturale Est/Ouest ; on repère tout de suite les immeubles d'inspiration soviétique. J'ai trouvé la ville très sombre et cela s'est confirmé lorsqu'on s'est baladé en fin de soirée près du Reichstag et de la Porte de Brandebourg. Je pense que c'est sûrement pour des raisons écologiques que les rues étaient si peu éclairées.



Le lendemain, on a essayé de visiter un maximum de lieux touristiques. On a commencé par la Postdamer Platz où l'on a vu des bouts de mur, ce qui nous a permis de nous approcher au plus près  du Mémorial de l'Holocauste. En apparence, les piliers semblent de taille semblable mais en y entrant, on réalise qu'il y a du relief et l'on ressent par moment un sentiment d'enfermement. J'étais choquée de voir que des gens jouaient littéralement à l'intérieur pendant que quelques adolescentes y prenaient des photos en posant de manière "sexy".





Ensuite, on s'est rendu à la East Side Gallery où se trouvent des bouts de murs peints, dont les oeuvres sont pour la plupart très engagées et symbolisent la paix à la chute du mur. A l'opposée de la East Side Gallery se trouve Raw Berlin, un coin dédié au street art. Les hangars abandonnés sont parfaits pour accueillir la culture alternative berlinoise. Je n'ai pas eu le temps de m'y aventurer très loin mais ce que j'ai pu voir était très sympa. Avant d'aller attendre notre bus qui devait nous ramener à Paris, on est passé voir l'Eglise du Souvenir qui a été bombardée pendant la seconde guerre mondiale et qui a été laissée en l'état en guise de mémorial. Juste à côté a été construit un autre édifice qui de l'extérieur, n'est vraiment pas très joli. On dirait une sorte de bunker. En revanche quand on entre dedans, c'est magnifique car il est constitué de blocs de verre bleu de Chartes donc si vous avez l'occasion, entrez-y ne serait-ce que quelques secondes pour voir le rendu !















Ainsi se termine le compte rendu de mes voyages. J'espère que cela vous a plu, que vous en savez un peu plus sur ces villes et peut-être même, que cela vous a donné des idées pour de prochaines vacances. N'hésitez pas à commenter si vous avez des questions ou simplement pour me dire ce que vous avez pensé de cette série d'articles !

A bientôt !
Em x